Près d’un tiers des Suisses renient leurs origines animales. C'est le constat que fait le journal suisse romand 24 Heures dans son édition du lundi 2 octobre 2006. Je cite la même étude, publiée dans Science, dans mon précédent article, La Singularité est proche... Et alors ?, mais je n'avais alors pas insisté sur les médiocres résultats obtenus par la Suisse, pays dans lequel je vis. A la question "Les êtres humains se sont développés à partir d'espèces animales, antérieures, vrai ou faux ?", 62% des Suisses répondent "Vrai", 28% répondent "Faux" et 10% "ne savent pas". Pour des raisons sur lesquelles je me suis déjà expliqué, je trouve ces résultats alarmants. Pour les expliquer, l'article de 24 Heures met en avant des causes religieuses, mais aussi des lacunes dans le domaine de l'enseignement. Pour montrer où certains en sont, je ne ferais que citer Gian Luca Carigiet, fondateur de l'association ProGenesis, association que je qualifierais d'extrémiste, destinée à promouvoir les idées créationnistes : "Je suis au contraire étonné que le taux de rejet de la théorie de l'évolution soit si bas. Nos propres sondages donnent des résultats plus élevés. [...] On ne crée rien à partir de rien. Il faut une intelligence supérieure, que nous appelons Dieu." Ce genre de raisonnements simplistes me fait froid dans le dos... Espérons que l'article de 24 Heures ne soit pas le seul à propos de cette problématique et qu'un débat, plus large, s'ensuivra.