Il y a quelques mois, en décembre, j'ai fait le pas : j'ai acheté quelques appareils Z-Wave et installé Domoticz sur mon serveur Linux. Cela faisait des années que j'y songeais. Une discussion avec un ami au printemps 2016 avait un peu relancé mon intérêt pour la chose. Et puis il y a eu ces lampes que nous avons installées derrière notre canapé, difficiles d'accès. J'ai tout de suite pensé à installer un interrupteur sans fil. S'est alors posée la question de savoir si j'allais acheter un système propriétaire, moins cher, juste pour les lampes, ou réfléchir à une solution plus globale (Z-WaveZigbee, etc.). J'ai vite opté pour la seconde option.

Après avoir (rapidement, je l'admets) comparé les solutions Z-Wave et Zigbee, j'ai finalement choisi Z-Wave, qui m'avait été recommandé par mon ami et me semblait plus prometteur.

Dans la pratique, j'ai installé un contrôleur Z-Wave USB sur mon serveur Linux (Z-Stick ZW090, génération 5, d'Aeon Labs), puis installé Domoticz, sous Ubuntu. Disons-le tout de suite : l'installation de la partie logicielle n'est pas très user-friendly. Je ne sais pas si j'ai manqué quelque chose, mais j'ai été obligé de compiler OpenZWave, puis Domoticz, à partir du code source. Il n'y a a priori ni releases ni packages. Si je me trompe, dans ce cas, la documentation est clairement lacunaire.

La détection du contrôleur Z-Wave dans Domoticz est relativement triviale. Par contre, l'installation des différents appareils Z-Wave (prises télécommandées, capteurs de température/humidité, etc.) est un peu confuse. Il faut débrancher le contrôleur Z-Wave (qui fonctionne également sur batterie), appuyer sur un bouton côté contrôleur, puis côté appareil Z-Wave. Je ne me souviens jamais quel code de clignotement de la LED sur le contrôleur signifie que la connexion entre le contrôleur et l'appareil a été faite avec succès. Ni s'il faut presser les boutons brièvement ou longuement, en même temps ou l'un après l'autre. Je dois chaque fois relire la documentation. L'ajout des appareils dans Domoticz est encore plus confus. La navigation est très peu claire. On se retrouve ensuite avec de très longues listes d'appareils et de fonctions, avec des identifiants peu parlants (en hexadécimal, mais pas toujours formatés de la même manière, etc.). Bref, ça n'est vraiment pas ergonomique. Si je trouve cela confus (je suis développeur), j'ose à peine imaginer le "grand public"...

L'autre contrôleur hardware que j'ai installé sert à commander les trois stores électriques que nous avons dans notre appartement et qui ne répondent malheureusement pas à la norme Z-Wave. Il s'agit cette fois d'un contrôleur RFXtrx433E (très moche et volumineux). Sa configuration a encore été plus pénible. Les utilitaires permettant d'ajouter les stores au contrôleur ne fonctionnent que sous Windows. Impossible de les faire fonctionner sous Linux avec Wine ou Mono (j'ai essayé - ça crashe...).

J'ai également acheté un bouton Fibaro, pour commander les lumières derrière notre canapé. Car il faut bien avouer qu'une application sur smartphone (j'utilise pour l'instant Pilot, une application gratuite sous iOS) est peu pratique pour allumer ou éteindre rapidement des lampes. Il faut mettre la main sur son smartphone, le déverrouiller, lancer l'application, repérer le bon appareil Z-Wave, etc.

Et là, déception : je n'ai pas beaucoup insisté, mais, apparemment, le bouton Fibaro ne peut pas encore être intégré dans Domoticz (ou du moins pas facilement). La prochaine version d'OpenZWave devrait résoudre le problème.

A noter encore : la première version de Domoticz que j'ai installée était assez instable, plantant régulièrement. Un crontab redémarrant automatiquement le service domoticz toutes les nuits avaient amélioré un peu les choses. Depuis une mise à jour récente, la situation semble s'être stabilisée.

Les choses sont donc encore un peu chaotiques, mais il y a de l'espoir. L'été passé, il a été annoncé que Z-Wave devrait devenir un peu plus ouvert : "Z-Wave (part of it, at least) becomes an open smart-home standard". De la documentation devrait être rendue publique (ou l'a déjà été ?), ce qui devrait grandement faciliter le travail des développeurs d'OpenZWave, qui devaient jusque alors passer beaucoup de temps à faire du reverse engineering.

Quelques autres problèmes encore : les appareils Z-Wave restent chers. Plus de 60 CHF (donc près de 60 EUR) pour une prise interruptible. En Suisse, qui dispose d'un système de prises particulier par rapport au reste de l'Europe, il n'y a d'ailleurs qu'un seul modèle de prise interruptible incluant la mise à terre et ce modèle reste très encombrant (peu esthétique, pas adapté aux prises multiples car dépassant sur les prises voisines, etc.).

A l'heure actuelle, j'utilise Domoticz pour commander deux lampes derrière notre canapé, pour monter et descendre automatiquement les stores en fonction du lever et du coucher du soleil, pour allumer et éteindre automatiquement la fontaine à eau du chat, ainsi que pour monitorer la température, l'humidité et la luminosité de trois endroits dans notre appartement.

La prochaine étape est d'intégrer le bouton Fibaro.

Les scénarios plus complexes (détection d'intrusion, etc.) attendront encore quelques temps.